5 – L’Etat de frontière

Atelier
Théâtre
(France)
Atelier n°5 // Calais // 12 participants
du 7 au 16 juillet de 14h à 18h et de 20h à 22h
 « La frontière a cette vertu, qui n’est pas seulement esthétique, de « charmer la route », en mettant un milieu plus ou moins anodin sous tension. Là où le chemin creux s’enfonce dans le sous-bois, le monde se réenchante. D’où le « tropisme des lisières » chez tous nos chercheurs d’or. Le « Rôdeur des confins », l’arpenteur des marches, l’ami du chien-et-loup (« ce qui n’est déjà plus l’ombre et pas encore la proie », disait Breton) ne peut qu’avoir des antennes avec le merveilleux ».
Régis Debray In « Éloge des frontières ».
En plaçant cette rencontre sous le signe du merveilleux, Renaud Cojo souhaite mettre en tension la part manquante d’un  « état de frontière » dans l’engagement de l’acteur en devenir, ou le simple amateur. Etre en frontière implique une dualité  entre  « Terre Hostile » et « Terre Promise » sans lesquelles les notions de « limites » aux enjeux de représentation sont entendues comme un savoir-faire, un entre deux qui ne laisse pas sa place aux territoires en friches, aux « no men’s land »  que d’habitude on contourne.
S’immiscer dans la frontière du jeu c’est créer un contact, un lien tendu entre espace choisi et espace contraint, c’est appréhender  d’une manière aventureuse et téméraire un espace de représentation qui n’est pas connu mais désiré comme un vertige de conquête.
Ce stage souhaite s’adresser en priorité tous et toutes qu’ils souhaitent expérimenter la  « représentation de soi ».

By placing this meeting under the sign of the supernatural, Renaud Cojo wishes to power the missing part of a “state of border” in the engagement of the wannabe actor or the simple amateur. To be in border implies a duality between “Hostile Land” and “Promised Land” without which the notions of “limits” in the stakes of representation are heard as a know-how, between them there is no place for fallow areas, no men’s land that we usually by-pass.

To get into the frontier of the game is creating a contact, a tense link between a chosen space and a constrained place, it’s apprehending of an adventurous way and reckless a space of representation which is unknown but desired like a dizzy of conquest.

This workshop is for who whish to make the experience of the “representation of yourself”.